Fats and eating behaviour in children - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue (Article De Synthèse) OCL Oilseeds and fats crops and lipids Année : 2016

Fats and eating behaviour in children

Lipides et comportement alimentaire chez les enfants

(1)
1

Résumé

This paper analyses the place of fats in young children's diet. Firstly, it shows on the one hand the important contribution that fats should have to total dietary intake of children younger than 2 years, because of their interest for neural development and their putative protective effect against the further developement of obesity; on the other hand it underlines the low contribution of fats to total dietary intakes in French children, according to the available data, with a minority of children with adequate fat intake. Secondly, it reports available knowledge regarding the sensory control of fat intake. In newborns and infants, some works have looked at preference for fats and indicate the absence of a fat preference. In children, a higher fat content in foods is sometimes (but not always) associated with a positive effect on liking, often with an optimal content, but it is not associated with a higher intake of the food. High fat content in foods have two effects on eating behaviour learning. In children younger than 3 years, tripling the energy density of a food by adding fat is associated with the development of a conditioned satiation for this food; in older children, doubling the energy density by adding fat is associated with an increase in the liking for the flavours associated with fat. Perspectives for future research are discussed.
Cet article analyse la place des lipides dans l’alimentation des jeunes enfants. Premièrement, il montre d’une part la contribution importante que devraient avoir les lipides aux apports énergétiques totaux des enfants de moins de deux ans, en raison de leur intérêt fonctionnel dans le développement neuronal et de leur effet potentiellement protecteur d’une obésité ultérieure; d’autre part, il souligne la faible contribution des lipides aux apports énergétiques totaux chez les enfants français, d’après les estimations disponibles, avec une minorité d’enfants pour lesquels les apports en lipides sont satisfaisants. Deuxièmement, il rapporte les connaissances disponibles concernant le contrôle « sensoriel » de la consommation de lipides. Chez les nouveau-nés et les nourrissons, quelques travaux portent sur les préférences pour les lipides, et indiquent l’absence d’une préférence pour les lipides. Chez les enfants, une teneur augmentée en lipides a parfois (mais pas toujours) un effet positif sur l’appréciation d’un aliment, avec souvent une teneur optimale; mais elle n’est pas associée à une consommation plus élevée de l’aliment. Des teneurs élevées en lipides ont deux effets sur les apprentissages alimentaires. Chez des enfants de moins de 3 ans, un triplement de la densité énergétique par l’ajout de lipides est associé à la mise en place d’un rassasiement conditionné pour l’aliment concerné; chez des enfants plus âgés, un doublement de la densité énergétique par l’ajout de lipides, est associé à une augmentation de l’appréciation des flaveurs associées aux versions les plus riches en lipides. Des pistes d’études complémentaires sont discutées.
Fichier principal
Vignette du fichier
nicklaus_2016_vol23_7p.ocl_{B428D279-87F0-4738-9215-FB1F6F922D02}.pdf (243.09 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte
Loading...

Dates et versions

hal-01384609 , version 1 (26-09-2017)

Identifiants

Citer

Sophie Nicklaus. Lipides et comportement alimentaire chez les enfants. OCL Oilseeds and fats crops and lipids, 2016, 23 (3), pp.7. ⟨10.1051/ocl/2016016⟩. ⟨hal-01384609⟩
99 Consultations
391 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More