Bawdy remarks, lapsus and puns in Theodore de Bèze’s early poems - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Savoirs en Prisme Année : 2016

Bawdy remarks, lapsus and puns in Theodore de Bèze’s early poems

Grivoiserie, lapsus et jeux de mots dans l'oeuvre de jeunesse de Théodore de Bèze

(1)
1

Résumé

Theodore de Bèze is a french neo-latin author, i. e. a Renaissance author writing in latin, who composed a collection of poems entitled ‘The Juuenilia’ in his young years, thanks to which he earned the admiration of his contemporaries. Edited for the first time in 1548, this collection included Elegies and Epigrams among others poetic genres. Theodore de Bèze was a catholic at the time, but at the end of the same year he converted himself to Protestantism and moved to Lausanne where he became a Greek teacher. In order to fit this change of faith, he had to disavow his work, which included saucy and pagan poems. In the two following poems we will study an Elegy and an Epigram from the 1548 ‘Juuenilia’, in which the author uses puns he only explains at the end of the text via slips of the tongue or jokes. At this point the reader understands that his first reading was willingly incomplete and distorted; the so called Elegy or Epigram turns out to be a bawdy text and the reader realizes he has been played by the poet. These two texts are absent from subsequent editions of De Bèze’s works, but their salaciousness was certainly not the only reason to this removal. Indeed, it appears that misunderstandings, hardly understandable puns and slips are tools for the author to assert his status of demiurge in regards to his own creation. De Bèze rejects the notion of an author inspired or guided by a divine being. We will also study the paradoxical role of misunderstandings between author and reader as they seem to generate, in addition to laughter and surprise, a certain form of complicity.
Théodore de Bèze est un auteur français néo-latin, c'est-à-dire un auteur de la Renaissance écrivant en latin, qui composa dans sa jeunesse, un recueil de poésie, les Juvenilia, édité en 1548, qui lui valut l’admiration de ses contemporains. Le recueil comprenait entre autres des Elégies et des Epigrammes. Théodore de Bèze était alors catholique, et sa conversion officielle au protestantisme à la fin de la même année ainsi que son départ de France pour l’Université de Lausanne où il fut nommé professeur de grec s’accommodaient mal de la légèreté de certaines pièces, ce qui explique qu’il renia ce recueil. Dans les deux pièces que je me propose d’étudier, une élégie et une épigramme des Juuenilia de 1548, l’auteur se livre à des jeux sur les mots dont il ne livre les clés, sous la forme d’un « lapsus » ou d’une plaisanterie, qu’à la fin du texte. Le lecteur se voit alors contraint de comprendre que sa lecture initiale du poème était faussée, que le poète s’est joué de lui, et qu’en feignant de lui proposer une épigramme ou une élégie, il lui faisait en réalité lire un texte pour le moins égrillard. Ces deux pièces ont été supprimées dans les éditions postérieures de son œuvre, mais leur grivoiserie n’en est sans doute pas la seule cause. En effet, l’espace du malentendu, du jeu de mot difficilement compréhensible, du lapsus, est pour l’auteur un moyen paradoxal d’affirmer son statut de démiurge de son propre texte, rejetant l’image d’un auteur inspiré ou patronné par une divinité. Il sera également intéressant d’étudier le rôle du malentendu entre l’auteur et son lecteur, qui me semble avoir pour but, là encore paradoxal, de susciter, en plus du rire dû à la surprise, une certaine connivence.
Fichier principal
Vignette du fichier
article grivoiserie lapsus jeu de mot tdb version finale.pdf (488.32 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers produits par l'(les) auteur(s)
Loading...

Dates et versions

hal-01446698 , version 1 (26-01-2017)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01446698 , version 1

Citer

Léonie Ollagnier. Grivoiserie, lapsus et jeux de mots dans l'oeuvre de jeunesse de Théodore de Bèze. Savoirs en Prisme, 2016, 5, https://savoirsenprisme.com/numeros/05-2016-les-espaces-du-malentendu/grivoiserie-lapsus-et-jeux-de-mots-dans-loeuvre-de-jeunesse-de-theodore-de-beze/. ⟨hal-01446698⟩
122 Consultations
384 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More