Le mythe de la décentralisation culturelle

Résumé : Le vingtième anniversaire de la « décentralisation culturelle » invite à revisiter un processus politique, que l'imprécision des termes conduit le plus souvent à rendre peu lisible. Construction de nouveaux équipements culturels (Auditorium à Dijon et Metz, médiathèques dans de nombreuses villes), rénovation des grands musées de province (Lille, Rouen, Nantes, Lyon), construction de musées d'art contemporain, création des Frac, multiplication des festivals, restauration des centres anciens des villes, croissance des dépenses culturelles des villes, départements et régions : le paysage culturel de la France a enregistré de profondes mutations. Faut-il voir dans cette situation, un effet direct des lois de décentralisation initiées au début des années 80 ? Cette offre culturelle n'est-elle pas plutôt la résultante d'une rencontre entre une politique nationale qui dispose de réels moyens et du volontarisme propre des collectivités locales ? En 1981, l'arrivée de la gauche au pouvoir a conduit à un repositionnement des principaux acteurs des politiques culturelles publiques. Si la décentralisation culturelle se résume à peu de choses à l'aune du seul critère juridique du transfert des compétences, le contexte général, marqué par les lois de décentralisation, a renforcé le poids des élus dans leur relation avec l'Etat. La rencontre d'une politique étatique volontariste et de politiques locales dotées de moyens considérables, d'une véritable cohérence d'ensemble et gérées par des services professionnalisés a profondément modifié le paysage culturel national. La majorité des élus ne souhaitaient pas que l'Etat abandonne ses prérogatives et se désengage financièrement. De surcroît, le ministère de la Culture ne voulait pas, par une trop grande décentralisation, perdre ses capacités d'action et mécontenter les acteurs culturels. L'action publique culturelle fonctionne depuis comme un système de coopération. L'Etat, qui peut s'appuyer sur des services déconcentrés renforcés (les DRAC), a privilégié la coopération entre les différents acteurs publics. De leur côté, les collectivités locales ont compris que la politique culturelle pouvait être un atout dans une politique d'image et de développement économique. Elles ont mené des stratégies de coopération adaptées à leur projet territorial et ont su saisir les opportunités offertes par l'Etat. Les résultats sont divers selon les échelons considérés — les régions ont plus de mal à se situer que les départements et surtout les communes – et selon les secteurs culturels. Une décentralisation culturelle renouvelée Le bon fonctionnement de ce partenariat a été remis en cause au début des années 90 par l'attitude de l'Etat. La faible croissance de son budget culturel, le poids croissant des grands
Type de document :
Article dans une revue
Connaissance des Arts, Connaissance des Arts, 2002, pp.16
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-bourgogne.archives-ouvertes.fr/hal-01540337
Contributeur : Cgc - Université de Bourgogne <>
Soumis le : vendredi 16 juin 2017 - 11:27:50
Dernière modification le : vendredi 8 juin 2018 - 14:50:25
Document(s) archivé(s) le : mercredi 13 décembre 2017 - 17:32:42

Fichier

Le_mythe_de_la_decentralisatio...
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

  • HAL Id : hal-01540337, version 1

Collections

CGC

Citation

Philippe Poirrier. Le mythe de la décentralisation culturelle. Connaissance des Arts, Connaissance des Arts, 2002, pp.16. 〈hal-01540337〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

101

Téléchargements de fichiers

146