Home, sweet home !

Résumé : Le fait de disposer d’un morceau d’espace qui stabilise et où nous avons mis notre marque semble une évidence et une nécessité : chaque âge, chaque culture, chaque individu fait de lui le milieu crucial de sa survie. Aujourd’hui, les mégapoles qui se substituent aux villes et aux villages peuvent-elles encore donner cette assurance-vie ? La question devient alors celle du temps en son histoire mais aussi en son imaginaire. Dans ces villes se lisent des rapports sociaux radicalisés mais aussi des mythes dont des cinéastes ont donné l’image : F. Lang, T. Gilliam, G. Romero, Bong Joon-ho. Les habitants de ces villes qu’ils décrivent nous ressemblent, même s’ils sont porteurs de monstruosités édifiantes. Rapportés à l’évolution urbaine actuelle, ces films posent une question délicate mais tranchante : peut-on encore vivre en ville sinon de manière virtuelle, est-elle devenue une étrangère pour nous ?
Mots-clés : Ville -- au cinéma
Type de document :
Article dans une revue
Sens-Dessous, Edition de l'Association Paroles, 2016, 1 (17), pp.125-134. 〈http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=SDES_017_0125〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-bourgogne.archives-ouvertes.fr/hal-01646104
Contributeur : Emmanuelle Ashta <>
Soumis le : jeudi 23 novembre 2017 - 11:37:29
Dernière modification le : vendredi 8 juin 2018 - 14:50:24

Identifiants

  • HAL Id : hal-01646104, version 1

Collections

Citation

Odette Barbero. Home, sweet home !. Sens-Dessous, Edition de l'Association Paroles, 2016, 1 (17), pp.125-134. 〈http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=SDES_017_0125〉. 〈hal-01646104〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

32