Generative processing of animated partial depictions fosters fish identification skills: eye tracking evidence

Résumé : Cette étude s’intéresse à l’apprentissage de la reconaissance des espèces de poissons à partir de leur locomotion, activité pouvant être réalisée par des professionnels dans le cadre de la protection des espèces et de la biodiversité : comment ces patterns dynamiques fonctionnent-ils et comment favoriser leur apprentissage ? La présente expérimentation a été réalisée dans le cadre d’un projet international plus vaste : le projet “Fish Locomotion” visant à concevoir et tester des outils multimédias pour la formation à la reconnaissance des espèces. Cette recherche s’intéresse particulièrement à la formation des compétences des professionnels dans des tâches de surveillance des espèces de poissons des mers et océans, lors d’enquêtes sur la bio-diversité. Ils doivent identifier les espèces de poissons à partir des vidéos enregistrées dans les océans, les mers (ou les lacs). Traditionnellement, la reconnaissance des espèces de poissons est effectuée en utilisant la classification biologique conventionnelle qui est basée sur les caractéristiques des formes corporelles. Cependant, très souvent, lorsque les conditions d’observation deviennent difficiles (turbidité de l’eau par exemple), la reconnaissance conventionnelle basée sur la forme semble ne plus être efficace. Une autre classification, basée sur les types de locomotion, donc fondée sur des traits plus dynamiques, a été développée par des biologistes. Dans la présente étude, le but est d’explorer le bénéfice potentiel d’une méthode d’apprentissage fondée sur l’effet de génération d’animation interne. Dans le cadre théorique de l’imagerie cognitive, et des systèmes de neurones miroirs en neuroscience, la présente expérience a étudié l’effet de l’imagination par rapport à la visualisation des animations de la locomotion des poissons. Des novices (étudiants) ont appris la locomotion de poissons, à partir d’animation 3D. Au cours d’une tâche d’apprentissage perceptif, nous avons comparé 4 conditions de présentation de l’animation du poisson : selon le groupe, les apprenants pouvaient voir soit uniquement la tête du poisson, seulement le milieu du corps, la queue seule ou le poisson entier, condition de contrôle. Le movement des yeux de chaque participant a été enregistré durant l’apprentissage afin d’évaluer l’hypothése de la mise en oeuvre d’une animation interne du mouvement du poisson de type simulation mentale. Le post-test était une tâche de reconnaissance de la locomotion du poisson (par rapport à d’autres mouvements de poissons différents, comme une anguille par exemple). Les résultats ont indiqué que l’apprentissage à partir de movements de locomotion incomplets (comme la tête seule) de poisson conduisait à des gains plus élevés que l’apprentissage à partir du mouvement complet (condition contrôle). L’implication des résultats pour la conception pédagogique de la formation est discutée.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-bourgogne.archives-ouvertes.fr/hal-01799792
Contributeur : Lead - Université de Bourgogne <>
Soumis le : vendredi 25 mai 2018 - 10:36:31
Dernière modification le : lundi 24 septembre 2018 - 17:02:57

Identifiants

Collections

Citation

Jean-Michel Boucheix, Richard Lowe. Generative processing of animated partial depictions fosters fish identification skills: eye tracking evidence. Le travail humain, Presses Universitaires de France, 2017, 80 (4), pp.367-394. ⟨https://www.cairn.info/revue-le-travail-humain-2017-4-p-367.htm⟩. ⟨10.3917/th.804.0367⟩. ⟨hal-01799792⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

60