Logiques de choix des médecins sur la prise en charge thérapeutique des patients atteints d’un cancer : analyse qualitative du contenu des discours, résultats partiels de l’étude EOLE

Résumé : Contexte : En France, la question de la poursuite, de la limitation ou de l’arrêt des traitements palliatifs en cas de cancer métastatique non résécable fait l’objet de débats nourris. Plusieurs études internationales estiment qu’entre 10 et 20% des patients atteints de cancer reçoivent une chimiothérapie dans le dernier mois de leur vie (Benson, 2001 ; Niedern Tollåli, Dalhaug et al. 2014 ; Earle, Landrum, Souza et al. 2008 ; Ho, Barbera, Saskin, et al. 2011). L’une des raisons de cette prescription est la surestimation faite par les médecins de l’espérance de vie de leurs patients (Nieder et al., 2014 ; Christakis & Lamont, 2000). Pourtant, ces traitements peuvent diminuer la qualité de vie des patients (Rajagopal, Nipp & Selvaggi, 2014). La question soulevée porte sur les cognitions en jeu dans la prise de décision. Ces cognitions forment un réseau au sein d’une représentation (Deschamps & Moliner 2012), certaines sont centrales et collectivement partagées au sein du groupe social ou professionnel (Salès-Wuillemin, Morlot, Fontaine, 2011). Méthode : En suivant la méthodologie d’enquête (Salès-Wuillemin, 2006), 13 entretiens semi-directifs ont été conduits auprès de médecins oncologues âgés de 33 à 59 ans (Âge moyen = 42,18). Une analyse thématique (Negura, 2006) révèle les cognitions reliées à la prise de décision. Résultats : 8 cognitions sont évoquées par tous les médecins interrogés, elles forment un réseau. La qualité de vie du patient est centrale elle est connectée à l’allongement de la durée de vie (11/13), et dans une moindre mesure à la durée du traitement (1/13), au mode d’administration (1/13) et au caractère innovant du traitement (1/13). Les effets secondaires indésirables sont reliés à tolérance (7/13). Par ailleurs, le lieu d’administration est connecté avec le mode d’administration du traitement (6/13) lui-même relié avec le coût du traitement (1/13). D’autres cognitions sont présentes et participent dans une moindre mesure à la décision : l’état général du patient, l’efficacité thérapeutique, les référentiels et protocoles, la motivation du patient, son lieu de vie, le type de tumeur. Discussion : Ces résultats mettent en évidence la complexité des combinaisons de cognitions qui s’opèrent au moment de la prise de décision. Il reste à comparer ce pattern de résultats avec celui des patients et des aidants.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-bourgogne.archives-ouvertes.fr/hal-01975477
Contributeur : Msh Dijon Maison Des Sciences de L'Homme <>
Soumis le : mercredi 9 janvier 2019 - 13:51:08
Dernière modification le : dimanche 30 juin 2019 - 12:28:03

Identifiants

  • HAL Id : hal-01975477, version 1

Citation

Edith Salès-Wuillemin, Anthony Clain, Thomas Carrel, Catherine Lejeune. Logiques de choix des médecins sur la prise en charge thérapeutique des patients atteints d’un cancer : analyse qualitative du contenu des discours, résultats partiels de l’étude EOLE. 11ème forum du cancéropôle, Nov 2018, Reims, France. ⟨hal-01975477⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

39