1925 : fin de l’ère chrétienne, an I du surréalisme ?

Résumé : Si le titre qui orne la couverture du n˚ 3 de La Révolution surréaliste, « 1925 : fin de l’ère chrétienne », peut apparaître comme une provocation, il ordonne plus profondément la venue d’un temps nouveau qui se conçoit toutefois de manières contradictoires. Le temps ouvert de la poésie et le temps vectorisé de la révolution cherchent tous deux moins à faire époque qu’à faire l’époque mais ils ne l’entendent pas de la même manière et nulle convergence durable ne peut avoir lieu. Reste qu’à sa manière le surréalisme, même profondément divisé sur la question de l’adhésion au communisme, demeure au service de la révolution et qu’il n’y a aucune raison d’entériner le verdict de l’histoire.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-bourgogne.archives-ouvertes.fr/hal-02165183
Contributeur : Cptc Université de Bourgogne <>
Soumis le : mardi 25 juin 2019 - 16:07:49
Dernière modification le : mercredi 26 juin 2019 - 01:29:57

Identifiants

  • HAL Id : hal-02165183, version 1

Collections

Citation

Guillaume Bridet. 1925 : fin de l’ère chrétienne, an I du surréalisme ?. Littérature, Armand Colin, 2019, Faire époque : l’entre-deux-guerres, 1 (193), pp.45 à 59. ⟨hal-02165183⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

13