Les représentations du métier des professeurs des écoles au prisme des conditions de travail locales et des trajectoires de long terme

Résumé : Les enquêtes portant sur le métier d'enseignant révèlent que les enseignants du premier degré sont peu satisfaits professionnellement. Toutefois, la notion de "satisfaction professionnelle", peu stabilisées scientifiquement (Amathieu et Chaliès, 2014), est attachée à des impressions mêlées dans le cas des professeurs des écoles: le ressenti d'une charge de travail excessive, de stress, d'impuissance, de déception, de colère au travail, des salaires insuffisants et l'absence d'accompagnement ou de formation, un métier perçu comme devenant plus compliqué notamment avec des violences scolaires plus importantes, une évaluation du travail par les inspections jugée "hasardeuse", le sentiment que la reconnaissance sociale des enseignants est appelée à être plus dévalorisée ou à stagner en l'état et plus généralement un fort sentiment de dévalorisation aux yeux de la société (Lévy, Espinasse et Rey, 2013; Geay, 2010, p. 86 ; OCDE, 2014).Notre communication s'intéressera à l'insatisfaction professionnelle exprimée par les enseignants du premier degré et se propose de mettre en relation les représentations que les enseignants ont de leur métier, leur expérience au travail ainsi que leurs trajectoires antérieures. Dans quelle mesure ces représentations, et en particulier celles relatives aux aspects insatisfaisants du métier, voire aux difficultés professionnelles ressenties, sont-elles liées aux conditions de travail que rencontrent les professeurs dans les écoles? Et en quoi la relation entre appréciations négatives du métier et conditions de travail est-elle médiée par les parcours antérieurs des enseignants interrogés? Nous faisons l'hypothèse que ces représentations peuvent être liées aux caractéristiques du travail enseignant dans le premier degré, qui ont connu des changements notables sur la période récente (Cattonar, Dumay et Maroy, 2013). Cependant, notre seconde hypothèse est que ces représentations restent influencées par les milieux d'origine des enseignants, ce qui peut conduire à relativiser des conditions de travail peu favorables, ou au contraire à les considérer comme rédhibitoires. Plus largement, nous pouvons supposer une appréciation du métier inégale selon les trajectoires individuelles des enseignants (origine sociale, parcours d'études, expériences socialisatrices), au principe de certaines attentes sur le métier, qui s'articulent avec les conditions de travail et les déroulements de carrière qu'ils rencontrent une fois enseignant et les confrontent à des réalités dans lesquelles ils ne s'étaient pas nécessairement projetés (Flachère et Pouliquen, 2015).Pour tester ces hypothèses, une méthodologie mixte a été mise en place. Un dispositif d'enquête par questionnaire de "première main", diffusé en 2017, est mobilisé pour comparer les représentations professionnelles selon les conditions de travail, les trajectoires sociales et de formation, ainsi que d'autres caractéristiques socio-démographiques telles que l'année de naissance, le genre ou le lieu d'habitation. Une enquête qualitative a parallèlement été menée, via la réalisation d'entretiens semi-directifs approfondis dans deux académies. Les données statistiques étant souvent insuffisantes pour appréhender la réalité locale, cette analyse qualitative nous donne les moyens de comprendre les représentations professionnelles en les associant au milieu de travail et de vie des enseignants du premier degré.Nos résultats révèlent que la satisfaction professionnelle dépend beaucoup de la marge de manœuvre dont disposent les enseignants, qui elle-même découle des configurations locales du travail. L'exercice du métier varie selon les équipes en place et la manière dont les hiérarchies locales veillent à la mise en ouvre des prescriptions nationales, bien que dans le même temps, selon leur histoire individuelle, les professeurs des écoles soient inégaux quant à la possibilité de réunir les conditions d'une plus grande autonomie professionnelle.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-bourgogne.archives-ouvertes.fr/hal-02187263
Contributeur : Bertille Theurel <>
Soumis le : mercredi 17 juillet 2019 - 16:57:56
Dernière modification le : vendredi 19 juillet 2019 - 11:40:17

Identifiants

  • HAL Id : hal-02187263, version 1

Collections

Citation

Géraldine Farges, Magali Danner, Sandrine Garcia, Jean-François Giret. Les représentations du métier des professeurs des écoles au prisme des conditions de travail locales et des trajectoires de long terme. Actualité de la Recherche en Éducation et en Formation (AREF), AECSE (Association des Enseignants et des Chercheurs en Sciences de l'Éducation); SSRE (Société Suisse pour la Recherche en Éducation); ABC-Educ (Association belge des chercheurs en Education); Ceds; Lab-E3D; Laces; ESPE d'Aquitaine; Faculté des Sciences de l'Education de l'Université de Bordeaux, Jul 2019, Bordeaux, France. ⟨hal-02187263⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

58