Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Chapitre d'ouvrage

Les critiques de l'Etat culturel

Résumé : En 1987, la publication de La défaite de la pensée d'Alain Finkielkraut ouvre une vaste polémique sur la politique culturelle en France. L'auteur, philosophe et essayiste, dénonce le différentialisme culturel au nom de la supériorité morale et esthétique d'une culture humaniste universelle. De fait, c'est contre le relativisme culturel que se construit la démonstration. Certes, la politique menée par le ministre de la culture Jack Lang depuis 1981, reprise dans ses grandes lignes par François Léotard en 1986 pendant la cohabitation, n'est pas au coeur de la démonstration. Alain Finkielkraut estime cependant que cette politique a contribué, en prenant en compte des domaines jusqu'alors ignorés par le Ministère (le Rock, la mode…), à la dissolution de la culture dans le « tout culturel ». Dans son Eloge des Intellectuels, Bernard-Henri Lévy s'inscrit dans la même filiation intellectuelle. Le chef de file des « nouveaux philosophes » pointe aussi le « malaise dans la culture ». Quant au ministère de la Culture, il est accusé là-encore de concourir à légitimer ce malaise en réhabilitant la part « mineure » de la culture. La même année est publiée la traduction de L'âme désarmée, ouvrage du philosophe américain Allan Bloom, consacré à la dénonciation du système d'enseignement des Etats-Unis qui, en acceptant d'intégrer la culture des minorités, aurait contribué à la confusion des valeurs. La publication conjointe de ces trois ouvrages, très largement commentée pour les deux premiers, offre un outillage théorique qui allait bientôt permettre une remise en cause plus directe du ministère. En 1990, la publication par le ministère d'une enquête sur les pratiques culturelles des français réactive et élargit la polémique. Les conclusions soulignent notamment l'échec de la démocratisation culturelle et le maintien des barrières matérielles et symboliques qui limitent l'accès à la culture dite « classique ». Mais c'est à l'automne 1991, avec la publication de l'ouvrage de Marc Fumaroli L'Etat culturel que le débat prend un tour nouveau. Les médias accordent un large écho à la thèse défendue par l'auteur, et pendant de nombreuses semaines, l'ouvrage occupe les meilleures places des différents palmarès publiés dans la presse. Titulaire, depuis 1986, d'une chaire du Collège de France, intitulée « Rhétorique et société en Europe (XVIe-XVIIe siècles) », cet historien des formes littéraires et artistiques de l'Europe moderne est l'auteur d'une oeuvre reconnue par la communauté scientifique internationale. Méconnu du grand public pour ses travaux universitaires, Marc Fumaroli adopte, non sans talent, la forme de l'essai. La politique culturelle fait de l'Etat un pourvoyeur universel de « loisirs de masse » et de « produits de consommation ». L'Etat-Providence apparaît alors, en s'appuyant sur des fonds publics, comme un concurrent du marché culturel. Cette confusion qui s'incarne dans le « tout culturel » provient de l'identification de la culture au tourisme. Dès lors, cette culture obsessionnelle propagée par une bureaucratie culturelle toujours plus nombreuse en vient à prendre les proportions d'une religion de la modernité. La « fête de la musique », la « fureur de lire », les « commémorations » (en premier lieu le Bicentenaire), sans oublier les grands travaux présidentiels concrétisent la manipulation sociologique impulsée par l'Etat, nouveau Léviathan culturel au service d'un parti et d'une idéologie politique. En digne héritier de la philosophie politique de Tocqueville et de Raymond Aron (à qui le livre est dédié), Marc Fumaroli se présente en militant d'un Etat libéral qui opposerait à nos sociétés de consommations et de loisirs quelques contre-feux : essentiellement un système d'éducation ainsi que quelques butoirs légaux et fiscaux. Dans cette perspective, la culture devient
Mots-clés : critiques état culturel
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-bourgogne.archives-ouvertes.fr/hal-02372296
Contributeur : Cgc - Université de Bourgogne <>
Soumis le : mercredi 20 novembre 2019 - 12:43:18
Dernière modification le : samedi 23 novembre 2019 - 01:39:14

Fichier

42-Poirrier Etat culturel.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-02372296, version 1

Collections

Citation

Philippe Poirrier. Les critiques de l'Etat culturel. Culture, médias, pouvoirs aux Etats-Unis et en Europe occidentale, 1945-1991, EUD, 2019. ⟨hal-02372296⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

64

Téléchargements de fichiers

162