Le "neutre" d'une langue sans neutre

Résumé : Le genre grammatical, en langue française, est bipartite : masculin, féminin, et rien d’autre. Cependant, le discours linguistique (spécialiste ou non) maintient l’existence d’un « neutre », qui renvoie tantôt à un type de pronom, tantôt à une propriété réservée à la forme masculine de certains noms à référence humaine. C’est cette propriété que nous tenterons d’interroger, en la resituant théoriquement, mais aussi historiquement et du point de vue des pratiques langagières. Derrière ce « neutre », on trouve l’idée de la primauté du masculin : il serait l’héritier privilégié du neutre latin, le seul à pouvoir s’abstraire de son sens premier, donc dans ce cadre, de son lien au sexe du référent. Nous tâcherons de questionner ces conceptions traditionnelles (et de proposer une autre description sémantique du genre grammatical), afin de comprendre les processus intra- et extra-linguistiques qui entrent en jeu dans leur construction.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-bourgogne.archives-ouvertes.fr/hal-01270174
Contributeur : Emmanuelle Ashta <>
Soumis le : vendredi 5 février 2016 - 18:02:40
Dernière modification le : vendredi 8 juin 2018 - 14:50:17

Identifiants

  • HAL Id : hal-01270174, version 1

Collections

Citation

Lucy Michel. Le "neutre" d'une langue sans neutre. Implications philosophiques, Implications philosophiques, 2015. ⟨hal-01270174⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

137